Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BlablaARTS - Brigitte Roussey

Expositions - Beaux-Arts

Hans Hartung honoré à Paris

Paris - Exposition

Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Jusqu'au 1° mars 2020

"Sans Titre" - 1935

Hans Hartung (1904-1989) fut l'un des peintres adulé de son vivant puis injustement oublié après sa mort.  Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris lui rend heureusement hommage en lui consacrant une exposition majeure  "Hans Hartung, la fabrique du geste", qui retrace dans son ensemble le parcours artistique du pionnier de l’abstraction. Artiste libre, volontairement à l’écart des mouvements et des modes, très prolifique, il a laissé près de 15000 œuvres. Cette rétrospective parisienne, la première depuis une cinquantaine d’années, remet l’œuvre de ce grand artiste à la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter, une œuvre abstraite magistrale que l’on redécouvre avec un très grand intérêt, un univers singulier, unique et tourné vers l’avenir.

 

T1934-2, 1934

Hans Hartung, né en Allemagne en 1904, s’installe dès 1927 à Paris. Très vite ses recherches et ses expérimentations multiples intéressent ses contemporains mais il devra attendre les années 60 pour que son travail soit enfin reconnu. Il reçoit le Grand Prix international de peinture de la Biennale de Venise en 1960 et devient une superstar du monde de l’art français pour ses recherches sur l’abstraction.

Travailleur acharné, Hartung invente une nouvelle manière de peindre très gestuelle,  déployant son geste sur des supports adaptés. Il utilise des outils pour appliquer et travailler sa peinture : des spray, des pistolets de chantier, grattoirs, balais… toute une panoplie qui lui a permis de libérer son geste pour réaliser des œuvres puissantes, vigoureuses et flamboyantes.

 

L’exposition se déroule dans les magnifiques espaces rénovés du musée. Elle réunit environ 300 œuvres regroupées en 4 sections chronologiques principales : des peintures, photographies, œuvres graphiques, livres et correspondances, quelques céramiques et sculptures ainsi que quelques galets peints. Tout d’abord nous découvrons ses premières œuvres au fusain ou à la sanguine sur papier ainsi que quelques tableaux (T1934-2, 1934) où le trait est déjà ferme et le geste vigoureux. Une terrible blessure de guerre en 1944 lui faisant perdre sa jambe droite, l’oblige à modifier dès les années 50 sa manière de peindre. Il privilégie alors les petits formats peints à l’encre de Chine sur papier (Sans Titre – 1955).

"Sans Titre" 1955

Les œuvres des années 1957-1970 sont très nombreuses. Le geste s’intensifie en utilisant différents outils pour travailler la surface de ses peintures qu’il gratte, incise ou qu’il couvre de signes graphiques (T1 962 – U8, 1962). Ses peintures prennent des tonalités froides et les lignes striant la toile s'enchevêtrent. La dernière section de l’exposition regroupe les œuvres des années 1970 à la mort de l’artiste en 1989.

Une véritable frénésie de peindre s’est emparée de lui : il réalise plus de 142 peintures, 592 œuvres sur papier et 121 estampes dans ses ateliers de Paris et d’Antibes où il s’est installé à partir de 1973.

T1949.1949
T1989-K35. 1989

Les tableaux sont immenses et les couleurs en aplats sont appliquées au moyen de larges rouleaux de lithographie. Sa gestuelle est devenue libre et échevelée et ses couleurs sont acides et dissonantes (T1973-E12, 1973).

 

Artiste universel, Hans Hartung a été le pionnier d’une abstraction pure et lyrique. On le considère aujourd’hui comme l’un des plus grands artistes gestuels du XX°s en France et à l’étranger. Cette rétrospective exceptionnelle marque avec panache la saison artistique parisienne.

 

Brigitte Roussey

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article