Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BlablaARTS - Brigitte Roussey

Expositions - Beaux-Arts

Frida Kahlo : "Autoportrait avec un singe"

Commentaire artistique

Autoportrait avec un singe - 1945

Frida Kahlo (1907-1954) a été cette grande artiste mexicaine, une peintre très populaire, dont la vie n’a été qu’une succession d’épreuves autant émotionnelles que physiques. Disparue prématurément, elle a laissé une œuvre puissante et singulière qui occupe une place importante dans l’histoire de la peinture du XXème siècle. Profondément patriote et très engagée politiquement, elle s’est efforcée de défendre la condition et l’émancipation des femmes mexicaines, appuyée par le parti communiste qu’elle avait rejoint dès 1928. Femme forte, avant-gardiste courageuse, elle n’a eu de cesse de soutenir la culture de son pays. Son œuvre réunit 143 tableaux le plus souvent de petit format, dont 55 autoportraits.

Autoportrait avec un petit singe - 1945

 

Autoportrait au singe - 1940

A l’âge de 6 ans elle est atteinte d’une poliomyélite aigüe qui entraîne l’atrophie de sa jambe droite. Quelques années plus tard en rentrant l’école, elle est victime d’un terrible accident d’autocar dont elle réchappe mais, grièvement blessée, elle a le bassin brisé : elle n’a que 18 ans ! Sa vie n'est plus alors que douleurs insupportables et successions d’opérations : elle en subira une trentaine dont aucune n’aura les résultats espérés et qui l’obligeront à rester alitée pendant de longues périodes. C’est allongé sur son lit qu’elle peint ses 55 autoportraits en s’aidant pour cela d’un miroir qu’on lui avait installé dans le ciel de son lit à baldaquin. En 1928 elle rencontre le peintre mexicain Diego Rivera (1886-1957), puis  l'épouse. Leur union passionnelle et conflictuelle est assombrie par les nombreuses fausses couches qui la laissent anéantie. Après un séjour négatif pour elle aux Etats-Unis puis son retour à Mexico, son état de santé s’aggrave dès 1940.  Très malade, elle assiste en 1953 au vernissage de sa première exposition monographique, étendue sur le lit qu’on lui avait installé. Une grave pneumonie l’emporte l’année suivante. 

 

Autoportrait au collier d'épines et colibri
Autoportrait avec Bonito

Ses nombreux autoportraits sont pour elle autant de masques qui cachent sa douleur et ses angoisses. Tous renferment de nombreux détails et symboles qui, lorsqu’on les décrypte, permettent de mieux comprendre sa personnalité. Toujours lointaine, raide,  sans sourire, son visage est vidé de toute expression.

 

Autoportrait avec un singe - 1945

L’Autoportrait avec un singe de 1945 est un tableau de dimensions modestes. C’est une huile sur masonite ou isorel, que le président du Museum of Modern Art de New York de l'époque avait commandé en 1938. La toile est conservée au Musée Robert Brady, dans la casa de la Torre, à Cuernavaca. 

Frida s’est représentée de trois quarts, dans la tenue traditionnelle des femmes indigènes de Tehuana, une robe en velours noir rehaussée de broderies. Son visage est impassible et son regard concentré. Ses cheveux tombent librement dans son dos, une partie étant relevée au sommet de sa tête et tressée avec un ruban vert, la couleur du deuil. Son mono-sourcil peint d’un trait lourd évoque l’envol d’un oiseau, qui symbolise sa liberté perdue. Elle aime la compagnie des animaux : singe, colibri, perroquet, surtout le petit singe que lui a offert Diego et qu’elle met en scène dans 8 de ses autoportraits. Comme le fait sa maîtresse, le singe ici regarde fixement le spectateur ; son poil est sombre comme la chevelure de Frida et il porte comme elle un nœud au-dessus de la tête. On note qu’il a vis à vis d’elle des gestes affectueux, l'entourant avec ses pattes comme s’il voulait la protéger et la soutenir. Au deuxième plan, la souche d’arbre desséchée fait allusion à la colonne brisée de Frida, et à la mort. 

La palette est dominée par des tons sombres, de terre, alors que les touches de couleur présentes dans les broderies de la robe expriment la douleur : le rouge sang, le même pourpre des lèvres et des rubans. Chaque partie du tableau est une quête en soi de l’artiste car l’autoportrait est pour elle le seul moyen d’exprimer sa souffrance et de matérialiser sa peine. Ses tableaux sont en fait son autobiographie.

 

Autoportrait avec singe et perroquet - 1945
Autoportrait avec Monkeys - 1943

Cet autoportrait magnifique est sans doute l’un des plus dévastateurs, l’un des plus tristes parmi la cinquantaine réalisée.

Frida Kahlo écrira dans son journal : « Je peins des autoportraits parce que je me sens souvent si seule, parce que je suis la seule personne que je connais le mieux.

 

Brigitte Roussey

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article